L'infolettre de Boris Eloi

 

Et moi pour l'infini -Huile 50x50 cm-

et moi pour l'infini Boris Eloi

1

 Les personnages qui peuplent mon oeuvre ne sont pas nos contemporains, pas plus d'ailleurs qu'ils n'ont un sens historique. Au premier abord. et d'une façon quasiment analogique, mon monde ne vit pas dans l'action il ne célèbre pas le mouvement. Nous sommes ici plongés dans un univers qui n'exprime rien directement, ou plus exactement, livré à une espèce de presque immobilité, de "ralenti" en ceci, peignant, je ne peins pas la vie ni ne témoigne de ce que je vois. C'est clairement " ici " mon " désir d'être " qui nait et existe. Je ne livre jamais mon art au réel mais tout entier le projette dans cette fonction vitale et préserver du monde qui consiste à " être un individu unique ". Décidant de sa vie, et président au destin de son art. Le poète et peintre Édouard Estlin Cummings était singulièrement lumineux sur ce sujet " A mon avis, la poésie comme tous les autres arts fut et est et toujours sera strictement et distinctement une question d'individualités... Il faut que vous sortiez de l'univers mesurable du faire et que vous entrez dans la maison immensurable de l'être"..

Peu importe l'action. Quand la personnalité d'un artiste s'absorbe dans son art, elle devient l'art lui-même. Je ne me suis jamais considéré comme un artiste. Pour moi, cette reconnaissance est une perte de temps. Ce qui compte réellement est de dépasser sa propre personnalité, d'avoir la chance de s'oublier complètement, pour rentrer réellement dans le concret. Une fusion en quelque sorte. Ou une sorte de "clairvoyance". "Du vide trop plein"


 

Inscrivez-vous à l'infolettre pour recevoir les photographies des nouvelles oeuvres de Boris Eloi dans votre boîte mail


.ab