Boris Eloi - Artiste peintre -

Les peintures présentées sont représentatives du courant d'inspiration actuelle de l'artiste, dont l'oeuvre d'inspiration mystico-réaliste a, entre autres, été vanté par l'écrivain Thomas Owen quand il signait ses critiques d'art sous le pseudonyme de Stéphane Rey. « La force secrète des images »
l'artiste célèbre le sens du paradoxe en créant des huiles en noir et blanc, mettant en valeur sa maîtrise de la lumière.

 

 

Le Parcours de Boris Eloi

Voici plus de trente ans, Boris ELOI s’essayait à l’art en autodidacte, improvisant portraits, saynètes et paysages selon le principe de la peinture sur verre. Une technique pourtant risquée, en ce qu’elle consiste à d’abord dessiner le monde à l’envers, comme de l’intérieur, pour mieux le restituer ensuite dans toute sa majesté formelle.  

​Une démarche audacieuse et ludique, qui correspond à lapremière étape d’un long parcours qui peut se qualifier d’initiatique. D’autant que Boris ELOI, passant à la peinture sur bois puis sur toile, et à de grands formats, aura toujours à cœur d’entretenir le mystère de ses personnages enturbannés et de ses femmes à demi-nues, via des mises en scènes où le temps semble  suspendu, et ou différents indices suggèrent que des pouvoirs occultes seraient à l’œuvre sous les images…

​Un cheminement tendant à un épure du dit et du montré, conduisant Boris ELOI à un profond changement pictural : le noir, le blanc et toute la gamme des gris intermédiaires dominent alors des tableaux centrés sur le corps féminin, dont des visions fragmentaires imposent leur permanence. Une veine qu’on qualifierait à tort d’hyperréaliste, dans la mesure où l’artiste se plaît à y fausser les vérités anatomiques, puis à y introduire, tout récemment, des motifs suggérant que le modèle serait partie prenante d’une énigme. Une stratégie biaise, qualifiable de « réalisme magique » dans la mesure où ces subtiles déformations nourrissent le goût du mystère que cultive Boris ELOI, un peintre remarquable en ce sens qu’il réussit à mettre celui ou celle qui contemple ses œuvres en communicationdirecte avec certains secrets préexistants à nos vies de surface.


Alain Dartevelle

 

La femme, l'érotisme.

Certain peintre vous livre leur toile représentant des femmes comme des souteneurs flattent sur le square l'ardeur à la besogne de leur filles. Observées bien mes femmes et voyez comme je ne les livre pas. Peut-on parler d'érotisme ou d'exploitation mercantile? Peuvent-elles, avec la moindre chance de survie, être soustraite de la toile sur laquelle elle vivent? En aucun cas ! Elle ne participent pas au monde, elles non plus. On a " vu " en littérature, des femmes quittées l'encadrement pour venir s'allonger dans le plumard du propriétaire du tableau. Cesser de nourrir de telles illusions; Si vous espérez quelque chose de ce genre avec mes femmes, vous en serez quitte d'une belle déception. Il est des fleurs qui meurent dès qu'on les cueille. Celles-ci ne viendront pas trôner dans vos verres d'eau. Elles ne sont à personne, c'est-à-dire qu'elles sont vraiment libres. Elles sont ainsi " faites ".

  

 

Exposition personnelle

 

2014 Galerie Esquisses Rochefort B
1996 Centre culturel de Ciney B
1994 Galerie du XXe siècle Charleroi B
1993 Les Studio du Suary "Boris Eloi-
Une mythologie de l'intemporel-Namur
1992 Galerie Louis Huste Bruxelles B
1988 Galerie Louis Huste Bruxelles B
1984 Galerie Louis Huste Bruxelles B
1983 Galerie du pili Bruxelles B
1981 Galerie du Roi Bruxelles B

 


 

Exposition collective

 

2004 Exposition membre SABAM Centre Culturel de Manage, B
2003 "Femme"" dans le cadre du Concours SABAM  Kapelle-opden-bos- B
1996 " Artiste figuratif en Wallonie " Centre culturel Havelange B
1995 " Artiste figuratif en Wallonie " Hotel Novotel Namur
1996 Centre culturel Havelange " artiste figuratif en wallonie "
1992 Biennale internationale de poésie -palais des congres Liège- B
1989 Galerie du XXe siècle Charleroi B
1986 Eros Musagète Lompret F
1983 Maison des art spontanés " Médecine à la carte " Bruxelles